Effets sur la santé

La fumée de tabac est un mélange complexe de plusieurs milliers de substances chimiques (plus de 7000 aux dernières nouvelles) et l’on a montré qu’au moins 60 d’entre elles étaient cancérigènes.

Elle contient également beaucoup de monoxyde de carbone, gaz qui diminue la capacité du sang à transporter l’oxygène vers les tissus de l’organisme et notamment les organes vitaux que sont le cœur et le cerveau. On y trouve également d’autres molécules qui favorisent les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux.

L’exposition à la fumée secondaire peut avoir à la fois des effets immédiats et à long terme sur la santé. Dans les effets immédiats, on observe une irritation des yeux, du nez, de la gorge et des poumons. Les non-fumeurs, en général plus sensibles aux effets toxiques de la fumée du tabac que les fumeurs, ont parfois des maux de tête, des nausées et des vertiges. Cette fumée secondaire soumet le cœur à une contrainte supplémentaire et influe sur la capacité de l’organisme à absorber et à utiliser l’oxygène. Les conséquences à long terme pour la santé se traduisent par l’augmentation des taux de cancers et des maladies cardiaques après des années d’exposition.

La fumée passive cause également une série de difficultés et d’affection respiratoires : respiration sifflante, manque de souffle même lors d’un effort peu prononcé, bronchite avec toux ou expectorations pouvant évoluer vers une bronchite chronique.

Il est démontré que la probabilité de contracter une affection des voies respiratoires est nettement plus élevée chez les fumeurs passifs que chez les personnes non-exposées. Et plus la durée d’exposition se prolonge plus l’air qu’on respire est enfumé, plus le risque de maladie est élevé.

(Sources : Le tabagisme passif : une menace pour la santé, Ligue pulmonaire suisse)

Pour les asthmatiques, la fumée du tabac présente un danger immédiat par la possibilité de déclencher des crises. La majorité d’entre eux font état de symptômes allant de la gêne à la détresse aiguë lorsqu’ils y sont exposés.

Pour les enfants à naître, les toxiques de la fumée absorbée par la femme enceinte parviennent au fœtus via le cordon ombilical. Si le maximum de risques de fausses couches, prématurité et retard de croissance est liée au tabagisme actif de la mère, le tabagisme passif subi par la femme enceinte non-fumeuse a également un effet mesurable sur le futur bébé. (Source INPES)

(Sources : OFSP, INPES, OMS, Ligue pulmonaire suisse).

 

 

Imprimer cette page Imprimer cette page