Les risques Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

DEFINITION

Le tabagisme passif se définit comme "l'inhalation involontaire par un sujet  de la fumée dégagée dans son voisinage par un ou plusieurs sujets fumeurs"
( source : tabac-info.net)

NOCIVITE ET RISQUE MORTEL DE LA FUMEE SECONDAIRE

La fumée de tabac est un mélange complexe de milliers de substances chimiques et l'on a montré qu'au moins 40 d'entre elles étaient cancérigènes. Elle contient également beaucoup de monoxyde de carbone, gaz qui diminue la capacité du sang à transporter l'oxygène vers les tissus de l'organisme et notamment les organes vitaux que sont le coeur et le cerveau. On y trouve également d'autres molécules qui favorisent les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux.

L'exposition à la fumée secondaire peut avoir à la fois des effets immédiats et à long terme sur la santé. Dans les effets immédiats, on observe une irritation des yeux, du nez, de la gorge et des poumons. Les non-fumeurs, en général plus sensibles aux effets toxiques de la fumée du tabac que les fumeurs, ont parfois des céphalées, des nausées et des vertiges. Cette fumée secondaire soumet le coeur à une contrainte supplémentaire et influe sur la capacité de l'organisme à absorber et à utiliser l'oxygène. Les conséquences à long terme pour la santé se traduisent par l'augmentation des taux de cancers et des cardiopathies après des années d'exposition. Pour les asthmatiques cependant, la fumée du tabac présente un danger immédiat par la possibilité de déclencher des crises. La majorité d'entre eux font état de symptômes allant de la gêne à la détresse aiguë lorsqu'ils sont exposés. (Source : La fumée des autres tue. Disons-le clairement. Journée mondiale sans tabac, 31 mai 2001. Initiative pour un monde sans tabac, Organisation mondiale de la Santé. http://tobacco.who.int.)


L'étude SPALDIA réalisée en Suisse a montré:

• que la fumée passive est liée à une série de difficultés et d'affection respiratoires :

> respiration sifflante
> manque de souffle même lors d'un effort peu prononcé
> bronchite avec toux ou expectorations
> bronchite chronique avec toux ou expectorations glaireuses depuis au moins deux ans.

• que la probabilité de contracter une affection des voies respiratoires est nettement plus élevée chez les fumeurs passifs que chez les personnes non-exposées et plus la durée d'exposition se prolonge plus l'air qu'on respire est enfumé, plus le risque de maladie est élevé.
(source : Le tabagisme passif : une menace pour la santé, Ligue pulmonaire suisse)

Tabagisme passif : plus de 600.000 décès par an dans le monde

Source: http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/tabagisme-passif-plus-de-600-000-deces-par-an-dans-le-monde-26-11-2010-1168583.php (30 11 2010)
(relayé par le site stop-tabac.ch le 01 03 2011) 

Le tabagisme passif est à l'origine de plus de 600'000 décès à travers le monde, soit 1% de l'ensemble des décès. Près de la moitié de ces décès (47%) concernent des femmes, 28% des enfants et 26% des décès liés au tabagisme passif touchent les hommes, selon des données publiées dans la revue The Lancet, vendredi 26 novembre 2010.

Les chiffres, essentiellement communiqués par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), révèlent qu'un décès sur 100 est imputable au tabagisme passif dans le monde, soit plus de 600'000 décès toute population confondue. Au total, 165'000 enfants sont victimes de cette fumée dite "secondaire".

L'étude rapporte que 40% des enfants, 35% des femmes non-fumeurs et 33% des hommes non-fumeurs ont été exposés au tabagisme passif en 2004.

L'exposition à la fumée secondaire a ainsi été responsable de 379.000 décès par cardiopathie ischémique, 165.000 décès causés par des infections respiratoires, 36.900 décès liés à des cas d'asthme et 21.400 décès par cancer du poumon.

Les experts de l'OMS appellent les pouvoirs publics à mettre en place des mesures pour réduire significativement le nombre de décès associés au tabagisme passif, notamment par l'interdiction de fumer à l'intérieur de lieux publics. Ces chiffres révèlent l'importante avancée en terme de santé publique que représente la loi cantonale neuchâteloise en vigueur depuis le 1er avril 2009.


INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

"Des mesures efficaces de protection contre l'exposition à la fumée du tabac comme celles qui sont envisagées à l'article 8 de la Convention-cadre de l'OMS passent par une interdiction totale de fumer et par une élimination totale de la fumée du tabac dans un espace ou un environnement donnés afin de créer un environnement à 100 % sans tabac.

Il n'existe pas de seuil au-dessous duquel l'exposition à la fumée du tabac serait sans danger, et des notions comme celles de seuil de toxicité pour la fumée secondaire devraient être rejetées, car elles sont démenties par les données scientifiques. Toutes les solutions autres qu'un environnement à 100 % sans tabac, y compris la ventilation, la filtration de l'air et la création de zones fumeurs désignées (qu'elles soient ou non équipées de systèmes de ventilation séparés) ont fait à maintes reprises la preuve de leur inefficacité et il existe quantité de données probantes, scientifiques ou autres, qui montrent que les solutions techniques ne protègent pas contre l'exposition à la fumée du tabac."  Elaboration de principes directeurs pour l'application de la Convention(décision FCTC/COP1(15)), Conférence des parties à la Convention-Cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac, A/FCTC/COP/2/7, 26 avril 2007

Dans une étude  publiée en décembre 2009,  l'Université de Bâle met en évidence que la fumée passive dans les lieux publics fermés et les places de travail en Suisse est responsable chaque année de 70'000 journées d'hospitalisation et de 3'000 années de vie perdues. Ce qui occasionne des coûts pour la santé d'un montant annuel de 420 millions de francs.

L'interdiction de fumer dans les espaces publics fermés permet des bénéfices pour la santé clairs mais pas dans n'importe quelle situation: la concentration de particules fines est deux fois plus élevée lorsque des établissements ont installé des fumoirs (pièce séparée) que lorsque des établissements sont complètement non-fumeur. Ce sont également des résultats de cette étude de l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Bâle. Ces chiffres viennent confirmer le rapport du Secrétariat d'Etat à l'économie, SECO, de mai 2007.

 


 

  Ne manquez pas de visionner l'émission de ABE de la Télévision suisse romande du 8 novembre 2005: "Fumée passive: danger!"

Les fumoirs polluent le débat . Excellent article sur l'inefficacité des fumoirs pour protéger contre l'exposition à la fumée secondaire. Informations également sur la persistance de la toxicité et la durée de vie de particules dangereuses contenues dans la fumée secondaire.


Revue médicale suisse    Article sur la prévention du tabagisme passif

Un mini-site dynamique d'information sur le site français du CFES… ou sous forme de brochure à télécharger


Retrouvez sur le site de l'OFSP l'Enquête suisse sur le tabagisme


La consommation de tabac dans la population suisse de 2001 à 2009 : résumé_du_rapport_de_recherche_2010


Brochure Ligue pulmonaire suisse


 1

Visitez les excellentes pages proposées par Santé Canada:

Action Ruban Bleu 


"La campagne du ruban bleu du Canada consiste à faire collaborer les gens en vue d'éliminer la fumée secondaire, un risque connu pour la santé. Les moyens appropriés et efficaces d'aborder la question sont toutefois moins bien connus. Un dialogue positif et constructif s'avère un bon point de départ pour examiner la question."
 
Vous y trouverez en plus de nombre d'informations et conseils :

- Des idées sur une "Trousse d'action espace sans fumée"  dans les pages "Vivons sans fumée"
 
- Le Guide de mise en oeuvre d'une stratégie pour un terrain d'école sans tabac



Dans les pages "Fumée passive" de l'Association suisse pour la prévention du tabagisme retrouvez d'autres informations notamment les enjeux qui entourent ce sujet.