Tabac chauffé

Dans les pays occidentaux, la consommation de cigarettes est depuis une dizaine d’années en continuelle décroissance, ceci grâce aux politiques gouvernementales de prévention du tabagisme

C’est dans ce contexte que les industriels du tabac, tenant à conserver le marché de la nicotine, ont investi depuis une décennie plusieurs milliards de dollars en recherche et en tests, et commercialisent depuis 2015 de nouveaux dispositifs de diffusion de la nicotine, en remplacement de la cigarette traditionnelle. Leur politique marketing met en avant prioritairement les aspects sanitaires de ces produits se voulant moins nocifs pour la santé. D’autres avantages, comme l’absence de cendres et d’odeurs désagréables sont également promus. Les consommateurs visés sont notamment les fumeurs qui souhaitent consommer des produits moins toxiques, mais n’apprécient pas la cigarette électronique. L’industrie du tabac tient à commercialiser des produits à risques réduits qui donnent autant de satisfaction aux fumeurs que les cigarettes classiques : les recherches récentes (menées par les cigarettiers eux-mêmes) démontrent qu’il est possible de délivrer des doses de nicotine satisfaisantes par inhalation. Compte tenu de l’apparente absence de combustion et de fumée, les fabricants affirment que ces nouveaux produits réduisent de 90 à 95% la production des composés nocifs présents dans la fumée des cigarettes conventionnelles. Pour ces différentes raisons, ces produits sont présentés par l’industrie comme des produits à risques potentiellement réduits. Néanmoins, des études indépendantes sont nécessaires pour confirmer ce potentiel de réduction des risques.

A ce jour en Suisse, seule une étude indépendante menée par l’Institut universitaire romand de santé au travail (IST) et par la Policlinique médicale universitaire (PMU) a caractérisé et quantifié certains composés présents émis par le produit iQOS. Les chercheurs ont observé que l’iQOS émettait de la fumée et relâchait des composés toxiques également présents dans la fumée d’une cigarette conventionnelle (composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycycliques cancérigènes et monoxyde de carbone). Bien que la concentration de la plupart d’entre eux soit effectivement moins élevée que dans la fumée de la cigarette conventionnelle, les chercheurs ont cependant trouvé la présence importante d’autres substances nocives telles que l’acroléine et l’acénaphtène, deux substances irritantes majeures de la fumée de tabac. Abstract de l’article paru dans le JAMA Internal Medicine. Les chercheurs concluent que la réalisation d’autres études indépendantes est nécessaire pour être en mesure d’évaluer les effets sur la santé suite à l’usage de l’IQOS, et le cas échéant, de vérifier si la réduction des composés toxiques induit ou non une réduction des risques pour la santé.

Aperçu des dispositifs actuellement en vente en Suisse :

iQos (Philip Morris) et Glo (British American Tobacco) sont des boîtiers électroniques dans lesquels on introduit un bâtonnet appelé «stick» ou «HeatStick», un petit rouleau de tabac trempé dans la glycérine qui ressemble à une cigarette en plus court. Une plaque métallique dans l’appareil chauffe le tabac à 240 (Glo) ou 350 (iQos) degrés. Ce qui en sort passe au travers d’un petit ensemble de filtres et de chambres avant d’être inhalé. Le stick chauffé subit une pyrolyse (combustion incomplète) qui génère tout de même des produits qui peuvent être nocifs (substances irritantes, goudrons, monoxyde de carbone) en quantité variable.

La Ploom Tech (Japan Tobacco), se compose de trois parties. Une batterie, une cartouche de liquide et une capsule de tabac munie d’un filtre d'une capacité de 50 bouffées. Lorsqu'on tire sur la Ploom Tech, le liquide est chauffé par la batterie. La vapeur rencontre alors le tabac en granulés qui se trouve dans la petite capsule. Elle capte la nicotine et le goût avant d'être inhalée. Le tout se passe à une température proche de 30 degrés. Il n'y a pas de fumée, pas d'odeurs de fumée et pas de cendres.

À propos

Vivre sans fumer est, depuis le 1er janvier 2000, le Centre d’information pour la prévention du tabagisme (CIPRET) du canton de Neuchâtel. Un contrat de prestations de droit public entre le Département des finances et de la santé et la Ligue pulmonaire neuchâteloise définit les prestations à fournir par Vivre sans fumer. En savoir plus...

Contact

Vivre Sans Fumer – Cipret Neuchâtel

Faubourg du Lac 17

2001 Neuchâtel

Tel: 032 724 12 06

Formulaire de contact